Une nouvelle génération de matériaux qui soignent les blessures

Une nouvelle recherche, publiée sur le journal spécialisé en ingénierie des matériaux Advanced Materials, ouvre la voie à une nouvelle génération de matériaux qui travaillent activement avec les tissus pour en accélérer la guérison.

écrit Jeudi, de Emanuele Mortarotti

Bienvenue à ce nouveau rendez-vous sur le blog de Dispotech, your disposable excellence.

Une nouvelle recherche, publiée sur le journal spécialisé en ingénierie des matériaux Advanced Materials, ouvre la voie à une nouvelle génération de matériaux qui travaillent activement avec les tissus pour en accélérer la guérison. Mais découvrons ensemble de quoi il s’agit, en nous appuyant sur un article publié sur medicalnewstoday.com.

Alors que le pourcentage des infections contractées dans les hôpitaux continuent à augmenter de manière inquiétante, il est nécessaire de faire attention aux blessures chroniques qui, si elles ne se résorbent pas – comme pour le diabète, par exemple – constituent un réceptacle de bactéries sous forme de biofilm.

Ces agrégations de bactéries sont souvent très résistantes aux bactéries ; cette résistance contre les microbes augmente la possibilité que les blessures s'infectent facilement. Malheureusement, certaines plaies chroniques peuvent entrainer des amputations – comme dans le cas des ulcères diabétiques : statistiquement, dans le monde, une amputation d'origine diabétique se produit toutes les 30 secondes.

De nouvelles recherches dans le domaine médical ont apporté d'importantes découvertes, qui offrent un réel espoir : des médecins sont parvenus à diviser la molécule qui permet d’améliorer la capacité naturelle du corps humain à cicatriser. Ces molécules s’appellent, dans le jargon médical, TrAPs : elles aident des éléments comme le collagène à interagir avec les tissus du corps de manière plus naturelle.

 

La technologie TrAP et la guérison des blessures

Nous venons tout juste de citer le collagène comme élément souvent utilisé pour la cicatrisation des blessures. Mais comment agit précisément le collagène avec les tissus ? À l’intérieur de ce que l’on appelle des scaffold, les cellules se déplacent vers la structure du collagène, se fondant les unes dans les autres. Ce processus permet aux protéines d’aider la régénération des tissus.

Dans la nouvelle étude de notre article, le docteur Almquist et son équipe ont fait en sorte que les molécules TrAP recréent le processus naturel. Les scientifiques ont catalogué les séquences d’ADN en aptamères, des formes tridimensionnelles qui s’associent aux protéines. Par la suite, ils ont conçu une sorte de « poignée » à laquelle les cellules peuvent littéralement s'agripper : ils ont attaché les cellules avec cette poignée d’un côté et avec le scaffold de l’autre.

Certains tests en laboratoire ont montré que els cellules entrainaient les TrAP alors qu’elles se déplaçaient à travers le collagène. Par conséquent, ce processus active la croissance des protéines, accélérant par la suite le processus de cicatrisation des tissus.

L’équipe de chercheurs a expliqué que cette technique reproduit certains processus déjà présents dans la nature : « L’utilisation du mouvement des cellules pour activer la cicatrisation se retrouve chez de nombreux êtres vivants, des éponges de mer aux êtres humains. Notre approche imite celle animale et humaine et travaille activement avec une grande variété de cellules qui arrivent au sein des tissus abîmés pour en effectuer la guérison ».

 

Une nouvelle génération de produits cicatrisants

L’adaptabilité de la technologie TrAP aux différents types de cellules signifie que cette technique est applicable sur différents types de blessures – fractures osseuses, cicatrices à la suite d’opération ou encore lésions nerveuses.

Aux États-Unis déjà – pays où la recherche a été menée – les aptamères ont été approuvés par la FDA comme médicaments pour traiter les êtres humains : cela indique que la technologie TrAP sera disponible dans le monde incessamment sous peu. Par ailleurs, cette découverte peut être le début d’une étude sur d’autres matériaux en mesure de guérir les blessures les plus insidieuses.

 

Cette innovation a le potentiel nécessaire pour devenir un agent cicatrisant des blessures, en gérant la présence de plusieurs cellules et en aidant la guérison des tissus malades. Et vous, qu’en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis, contactez Dispotech, your disposable excellence.

Libellés
Emanuele Mortarotti
Auteur Emanuele Mortarotti

Manager

écrivez un commentaire