L’étude de l’altération des saveurs par la réalité augmentée

Qu’ont à voir ces trois mots mis côte à côte ? Grâce à une étude de la Cornell University de l’état de New York, nous allons bientôt y voir plus clair.

écrit Mardi, de Emanuele Mortarotti

Nouveau rendez-vous avec les informations de Dispotech, your disposable excellence. Aujourd’hui, nous parlons du goût, des saveurs et... de réalité augmentée !

Qu’ont à voir ces trois mots mis côte à côte ? Grâce à une étude de la Cornell University de l’état de New York, nous allons bientôt y voir plus clair. Lisez notre article, qui s’inspire d’un sujet paru sur le site medicalnewstoday.com !

Lorsque nous goûtons quelque chose, nous ne savons probablement pas que la saveur que nous sentons dans la bouche est en réalité “faussée” par les odeurs qui l’entourent — ce que l’on respire ou les odeurs ambiantes. Les autres sens ont également un rôle. La vue, notamment, peut littéralement altérer la manière dont nous percevons la saveur d’un aliment. C’est en tout cas ce que soutiennent des chercheurs américains, qui ont conduit des expériences en se servant des technologies comme la réalité virtuelle afin de le tester.

Notre goût dicte sa loi en matière de choix alimentaires, puisque l’on a naturellement tendance à choisir des aliments qui nous plaisent, et à écarter ceux qui ne nous font pas envie. Par ailleurs, le seul fait de goûter envoie des signaux essentiels au cerveau, lequel est en mesure de nous avertir immédiatement sur l’état de l’aliment (par exemple, s’il est avarié).

Le goût est un sens d’une grande importance : à travers son histoire, il a rendu possible la conservation de la race humaine.

Il existe de nombreux facteurs qui peuvent influencer la perception des saveurs. Selon une nouvelle étude conduite par des chercheurs de la Cornell University d’Ithaca, dans l’état de New-York, ce que nous goûtons lorsque nous mangeons est significativement influencé par le lieu où nous nous trouvons alors que l’on consomme les repas.

Pour tester comment le lieu où l’on se trouve peut influencer la perception du goût, les chercheurs ont demandé à 50 personnes de participer à une expérience virtuelle. Équipés de casques VR, chaque participant a pu tester, chacun son tour, trois lieux différents : une “cabine sensorielle”, le banc d’un parc, et une étable.

Dans chacun de ces espaces virtuels, les participants ont mangé le même aliment : une portion, identique pour tous, de blue cheese, un fromage bleu semblable au Roquefort. Ensuite, les chercheurs ont demandé aux participants de donner une note d’évaluation pour chacune des situations, en ajoutant un commentaire sur la salaison et sur le degré de piquant du fromage dans chaque lieu.

Il va sans dire, les différentes situations de la réalité virtuelle ont influencé les perceptions gustatives des participants : lorsqu’ils ont mangé leur fromage dans l’étable, ils ont trouvé le fromage plus « piquant » que dans les autres espaces virtuels.

« Nous avons tendance à consommer nos repas dans les lieux qui peuvent influencer notre perception de l’aliment », affirme le docteur Dando, membre de l’équipe ayant suivi le projet.

Cette étude donne une autre information importante : les scientifiques peuvent adapter (facilement et sans coûts excessifs) la réalité virtuelle aux évaluations sensorielles des aliments, une méthode haut de gamme utilisée dans le domaine des Sciences Sensorielles.

La réalité virtuelle dans les Sciences Sensorielles

L’analyse sensorielle de l’aliment se base sur la perception de l’individu et sa réponse aux différents aliments et boissons. Ce type de recherche compte, aujourd’hui, plusieurs applications.

La réalité virtuelle permettra aux chercheurs de recréer une série de conditions différentes avec une grande facilité, sans avoir à dépenser nécessairement une fortune, que ce soit en argent ou en ressources naturelles. « Cette recherche est l’énième démonstration que la réalité virtuelle peut être utilisée dans tous les domaines, même les plus impensables, car elle donne la possibilité de recréer des espaces d’immersion utiles aux tests », explique, enthousiaste, le docteur Dando.

Incroyable, n’est-ce pas ? Et vous, que pensez-vous de cette innovation ? Donnez-nous votre avis, contactez Dispotech, your disposable excellence.

Emanuele Mortarotti
Auteur Emanuele Mortarotti

Manager

écrivez un commentaire